Revue de spectacle: Birds of Chicago / Steep Canyon Rangers

J'avais écouté le Rangers du Canyon escarpé avant la soirée du vendredi, juin 23rd au Northern Alberta Jubilee Auditorium, mais pour être honnête, c'était seulement parce que j'avais écouté Steve Martin et qu'ils jouaient avec lui. Mon impression d'eux à partir de cette expérience d'écoute limitée était qu'ils étaient un diable d'un bon groupe, et ils le sont. Ils ont reçu des prix depuis 2006 quand ils ont gagné l'artiste émergent de l'année de l'association internationale de Bluegrass jusqu'à un grammy dans 2012 pour la représentation instrumentale de l'année. Ils ont de bonnes références et j'attendais avec impatience une soirée de bonne musique.

J'ai reçu plus que ce à quoi je m'attendais. La soirée a commencé avec Les oiseaux de Chicago, un trio d'où d'autre, Chicago. Le groupe est dirigé par le couple marié JT Nero et Allison Russel, une Canadienne transplantée anciennement du groupe Po 'Girl. Ils étaient accompagnés d'un troisième membre à la guitare et d'un résonateur à diapositives dont le nom m'a échappé. Les oiseaux de Chicago J'avais joué à l'Edmonton Folk Fest l'année dernière, alors nous étions familiers avec eux, mais l'ensemble ce soir m'a emmené dans un endroit très agréable, un endroit heureux. Les chansons ont fondu et ont dansé gracieusement comme un oiseau en vol. Ils ont tenu le public dans la paume de leurs mains. Il est rare qu'un groupe d'ouverture obtienne une standing ovation, mais Les oiseaux de Chicago l'a mérité. Un vrai délice de les entendre revivre. Heureusement, ils reviennent en Alberta cet été sur le circuit de musique folk, jouant à Grande Prairie.

Après un court délai d'exécution, Les Rangers du Canyon escarpé a ouvert le spectacle avec ce que l’on pourrait appeler un enfer d’ouvreur. Cela créait de l'énergie lorsque chaque membre du groupe entrait sur la scène et continuait sur cette lancée jusqu'à ce qu'ils aient l'impression d'avoir tout donné. Ils n'avaient pas, il y avait beaucoup plus à venir. Ils ont tissé entre ballades folkloriques, bluegrass, americana, quelques notes classiques et par moments, cela ressemblait à une session de jazz jam. L'un des faits marquants pour moi a été un numéro dans lequel ils ont tous joué de leurs instruments comme percussions. Cela a fonctionné et c'était envoûtant. Non seulement ces messieurs savent jouer une grande variété de musique, ils le font en douceur, avec professionnalisme et intimité. Parfois, on avait l’impression de faire partie de la famille hoedown et Les oiseaux de Chicago les rejoignit pour un numéro où ils se rassemblèrent autour du micro pour chanter. Des trucs géniaux.

Ce fut une soirée magique de musique qui restera longtemps dans ma mémoire. Un autre bonus est la façon dont ils sont personnels, les deux groupes ont fait une rencontre dans le hall après leurs sets où ils ont signé des CD et nous avons eu la chance d'obtenir une liste de Les Rangers du Canyon escarpé qu'ils ont tous gracieusement signé. Une fin parfaite pour une soirée de musique vraiment mémorable.

Norman Weatherly | weatheredmusic.ca

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication